icone titre
De la collection d'entreprise Bull jusqu'au Computer Museum NAM-IP à Namur

Résumé de l'exposé de Gilbert NATAN, Président de NAM-IP asbl, co-fondateur de la Collection informatique Bull-FEBB en Belgique

NB : Ce résumé a été légèrement mis à jour pour tenir compte des événements survenus entre mars 2016 et janvier 2017.


Le Groupe Bull fut un constructeur informatique européen, dont l'origine remonte à 1921. Installé en France depuis 1933. Il fut repris par le groupe français ATOS en 2014, dans sa section « technologies ».

En 1985, des anciens de la société Bull créèrent une section Fédération des Equipes Bull (FEB) qui a depuis pour but de préserver le patrimoine historique et culturel de Bull. Trois sites de stockage leur furent accordés ; Paris , Belfort et Angers.
Une initiative semblable fut suivie en Belgique : un site de stockage d'une collection, visitable sur demande. Son dernier lieu d'implantation fut à Grimbergen.

En accordant ces facilités, quels étaient les buts de la Direction Générale du Groupe Bull ?
  • donner une image de pérennité, face à un passé mouvementé de la société ;
  • affirmer une image de constructeur informatique européen.
Outre ces collections visitables, d'autres moyens furent mis en œuvre : brochures et même un livre sur l'histoire de la société du début jusqu'en 2007.

En 2005, une réelle menace plana sur le maintien des collections vu le changement de la Direction Générale et de ses priorités.
La société se sépara du site de Belfort, dont une partie fut reprise par la région belfortoise.

En Belgique, un autre genre de menace se profilait : la filiale n'aurait plus besoin du hall dont une partie abritait la collection Bull. (A Grimbergen, à cette époque).

Octobre 2009 : on n'était pas les seuls en Belgique à connaitre ce genre de situation.
Une journée de réflexion sur le thème « Informatique et Patrimoines : d'une collection en péril à un réseau de collaborations » me mit en contact avec la collection « Informatique et Bible » de Maredsous, et avec divers représentants d'autres collections et d'autorités régionales compétentes en la matière. Parmi ces autres collections, celle bien connue en Belgique de Jacques Laffut, au Computer Museum Unisys, près de Bruxelles.
De cette réunion partit l'idée de création d'un musée de l'Informatique réunissant plusieurs collections belges.
Partit aussi la création effective d'un Réseau de Préservation des Patrimoines Informatiques (REPPI), avec des partenaires belges et aussi le CNAM et ACONIT en France.

2013 : Une année décisive :
En Avril, création au sein de la Fondation Roi Baudouin du Fonds Informatique Pionnière en Belgique. Il a pour objectif de préserver des collections informatiques belges menacées de disparition, et de permettre ainsi de pérenniser la mémoire des débuts de l'informatique en Belgique.
Ce Fonds permettra de récolter des moyens financiers destinés à cette préservation.
En Aout, les urgences se confirment :
  • Jacques Lemaire était décédé. Sa remarquable collection « Calcul » devait être déménagée.
  • La Collection Bull était avisée qu'elle doit quitter Grimbergen en fin décembre 2013.
  • Informatique & Bible se voit obligée de libérer ses locaux de l'abbaye de Maredsous en fin 2014.
Ces trois faits concomitants illustrent bien la fragilité des collections privées. Elles dépendent totalement de l'organisme qui les abrite, ou de la survie de leur fondateur.

En octobre, un lieu fut trouvé : une ancienne salle omnisports d'environ 1.000 m² à 2 km du centre de Namur.

2014 : vers un nouvel avenir.
Janvier : don de trois collections à la Fondation Roi Baudouin.
Avril : acquisition du lieu par la Fondation Roi Baudouin, et création d'une asbl NAM-IP dont le but est de gérer le patrimoine ainsi légué à la Fondation.
Juillet : début d'un long processus de restauration et aménagement du lieu, futur musée. Ceci sous les auspices de la Fondation Roi Baudouin.

2016 : La collection Unisys de J. Laffut, set vit obligée, elle aussi, de quitter son implantation après 25 ans de présence. Elle rejoignit alors les 3 autres collections via don à la Fondation Roi Baudouin.

Dernier événement, plus inattendu celui-là, venait d'être révélé au moment du colloque : L'importante collection de matériel IBM présente à La Maison de l'Industrie et de la Métallurgie à Liège devait aussi quitter ce musée pour cause de réorientation muséale. Et là, il ne s'agissait même plus d'une collection privée, mais publique ! (Cette collection a été déposée au musée namurois début 2017).

2016 : le 27 octobre : inauguration de ce qui s'appelle désormais « Computer Museum NAM-IP ».
Une exposition y réunit les quatre collections fondatrices autour du thème :
« Aux racines du numérique, des machines qui comptent ».


Colloque Collectiana, Bruxelles 22 mars 2016

De la collection d'entreprise Bull jusqu'au Computer Museum NAM-IP  Namur


Site bas